Partagez | 
 

 Chris Scale ~ L'écaille blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris
L'Écaille Blanche
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Chris Scale ~ L'écaille blanche   Ven 16 Mar - 17:11

Nom : Scale ;
Prénom : Chris ;
Race : Être humain ;
Âge : 31 ans, né 2 Yuyio 1212 (2 octobre 1212);
Métier : Instituteur à la caserne et au temple de Sarosa, paysan à ses heures perdues, sabreur, bien d'autres fonctions obscures ;
Talents particuliers :
  • Sabreur : Chris a pratiqué l'art du sabre pendant près de quinze ans. Au départ enseigné, par la suite en autodidacte puis ayant repris l'enseignement d'un vieil aveugle, l'individu base ses techniques de combat sans armure, entièrement sur la souplesse, ce qui lui aurait presque coûté la vie dans certains moments difficiles étant donné l'absence de vêtements robustes.
  • Précepteur : Chris a enseigné maints savoir à titre personnel à plusieurs individus qu'il a suivi de loin ou de près en fonction des attentes de chacun : sciences, combat, discussions type "nous refaisons le monde" ;
  • Cryptanalyste : Ayant été initié aux écritures secrètes pendant sa jeunesse, l'homme a gardé quelque intérêt pour cet art et aime analyser les algorithmes de chiffrement pour les casser, les améliorer, etc.


Description physique : Le jeune homme est pourvu d'un visage mince sur lequel figurent des cheveux bruns, plutôt courts avec quelques mèches rebelles. Ses yeux de même couleur affichent très souvent un regard assuré, serein et qui pourrait paraître malicieux. Regard soutenu par son petit sourire en coin éternel, laissant paraître une impression de défi, de fierté, d'amusement constant. Par ailleurs, du haut de son mètre quatre-vingt, la silhouette fine de l'être humain se meut avec une démarche assurée, vêtue d'un accoutrement en parfait accord avec les couleurs du froid, de la neige, de la glace : le blanc. La longue robe encapuchonnée que revêt l'être humain lui est presque symbolique ; il s'est en effet présenté tel quel pendant près de quinze ans. Enfin, il parle d'une manière lente, posée, avec une voix aux intonations graves et reposantes ; ce qui ne laisse aucun doute quant à sa bienveillance.

Description morale : Rieur, passionné, Chris a tous les traits de quelqu'un d'amical. Il voue une particulière importance à la camaraderie, voire la fraternité. Rien ne lui fait plus chaud au cœur que d'accomplir des choses aux côtés d'autres individus. Il est parfois têtu et ne prend pas tout le temps les situations au sérieux, dramatiques soient-elles. Peut-être serait-ce pour dissimuler un passé douloureux et de se dire qu'il pourrait y avoir pire dans la vie. Il donne le meilleur de lui-même et considère que chaque ennemi - encore faut-il qu'il ait des ennemis - pourrait être un ami plus tard. Il cherchera même à réorienter les fautifs sur le droit chemin s'il en a l'occasion et la possibilité. Très peu attardé sur les commérages, il se fera sa propre opinion des individus.

Chris n'est pas nécessairement un charmeur qui fait la cour à tout ce qui bouge, mais sait se montrer subtil auprès de la gente féminine quand l'occasion se présente. Il le niera toujours, mais les femmes jouent une part importante dans ses affects (comme beaucoup d'hommes, cela va de soi). Enfin, dans ses temps libres, lorsqu'il n'est pas entrain de participer à quelque festivité, il pense constamment à la mort. Ce qui l'aide à peser ses actes et paroles en temps et en heure, et à bannir définitivement le recours au meurtre en situation de danger.

Histoire :
    - Alors, d'après vous, existe-t-il une formule miracle pour fabriquer un héros ?
    Chris inscrit en gros la question sur un tableau noir, de sorte à ce que les participants, mêmes les plus reculés dans la salle, puisse apercevoir le fil principal de discussion ou, simplement, pour permettre aux gens endormis d'avoir une éventuelle accroche sur l'instant présent s'ils daignaient participer. Mais il fallait dire que, pour l'heure, tout le monde semblait avoir les yeux rivés sur le professeur ou sur les inscriptions blanches sur fond noir au derrière. Une main timide s'extirpa de la foule, levée en l'air. Chris plissa le front comme pour donner la parole à celui qui désirait la prendre.
    - Je pense que les héros ont un sentiment de justice !
    - Très juste, Aund ! lança Chris avec enthousiasme, mais beaucoup d'individus ont ce même sentiment alors qu'ils ne décident pas forcément de prendre les armes pour aller combattre de démons sur le terrain ou aller sauver Vesperae de je-ne-sais-quelle péripétie ! Que faudrait-il d'autre ? Sans doute une raison de se réparer, une volonté de compenser une blessure de jeunesse. Ou une blessure tout court, en fait, mais les blessures de jeunesse sont importante parce que c'est à cet âge-là que nos affects sont les plus réceptifs aux infections, aussi bien physiques que morales.
    Il ajouta le mot "blessure" au tableau. La salle semblait d'autant plus captive. Beaucoup, parmi la vingtaine d'individus présents, semblaient avoir souffert de cette blessure de jeunesse dont parlait Chris. Après tout, ils venaient des quatre coins de la planète pour assister aux cours dispensés à la caserne de Sarosa.
    - Professeur, que veut dire résilience ? demanda Ibib, quelque peu dissipé et dépassé par la tournure que prenait le cours.
    - Un moins qui sera compensé par un plus, tout simplement. Tenez, par exemple, votre paternel qui vous rabâche que vous n'arriverez à rien. Qu'importe les raisons qui poussent à dire de telles choses à un enfant, il suffit que ce dernier, par contradiction, donne le maximum de lui-même pour prouver qu'il est le meilleur. Parce que derrière chaque héros, il y a souvent, comme je l'ai sous-entendu, un enfant qui a longtemps pleuré seul, contenu sa frustration... Ce qui fait le héros, c'est aussi le mécontentement, l'envie de changement.
    A peine eut-il adjoint quelque vocabulaire supplémentaire au tableau qu'une autre question fusait.
    - Une blessure fait mal, elle peut tuer, non ? demanda Abalen, l'un des élèves les plus motivés qui se trouvait toujours posté au devant. Un traumatisme pourrait être difficilement surmonté, des enfants battus peuvent plus tard battre leur propre enfant.
    - Très juste, Abalen. C'est pourquoi il faut doser suffisamment sur le poison qui, à long terme, s'avérera en fait être un vaccin. Car trop de poison peut amener à un effet totalement inverse : un antihéros. C'est-à-dire l'archétype de celui qui, au lieu de prouver qu'il vaut quelque chose, qu'il fait partie des meilleurs, cherchera juste à détruire celui ou ceux qui l'ont rabaissé. Ah ! Ça se joue à peu de choses, ça dépend de tout un chacun. Lorsque vous aurez des enfants qui devront grandir dans ce moment peu certain, ça sera à vous de doser les traumatismes en laissant l'espoir intact pour conduire votre héros dans des valeurs positives... Et peut-être qu'ils reprendront l'armée royale quand nous seront tous de vieux os, ou que sais-je... Allez, c'est tout pour aujourd'hui. N'oubliez pas vos dagues demain, on va libérer les blobs.

    Il fit un clin d’œil à la salle. Celle-ci se vidait peu à peu, naturellement, après chaque fin de journée. Tandis que Chris rangeait aussi ses affaires de son côté, triant quelques documents çà et là pour faire la place à d'autres intervenants par la suite. Il soupira de fatigue avant de quitter la salle qu'il ferma à clef. Tous les soirs c'était pareil, il saluait le personnel du temple qui travaillait encore à ces heures-ci, puis quittait les lieux.

    Le soleil descendait lentement, laissant quelque traînée de lumière orangée se fondre sur le village de Sarosa. Les habitants du coin allaient et venaient, au même titre que les aventuriers qui venaient trouver leur compte par ci par là. Bien qu'ils avaient migré vers la capitale pour ne pas avoir affaire à certains abrutis qui, par le passé, étaient juste venus assister aux séances d'entraînement avec les blobs. Chris marchait, l'air de rien, au milieu de tout ces gens, rentrant jusqu'à son habitat et gagnant sa chaise à bascule postée sur le devant. N'importe qui pourrait s'en emparer, la briser en mille morceaux... Mais les temps étaient tranquilles. Et la température était bonne en ce début de soirée.

    Alors, fixant le ciel nuageux, légèrement teint de pourpre à laquelle couleur s'entremêlait celle du soleil qui se couchait au loin, le tout annonçant le crépuscule, il fixait l'infini, comme si le temps se figeait... Se remémorant.

    ------------------------

    - Il faut le faire mais il faut aussi se dire qu'il y a pire, comme quotidien, les gars !
    Un rire parcourut le groupe de jeunes hommes. Tous labouraient la jachère avec entrain. Le soleil était à son zénith, tous transpiraient à grosses gouttes, torses nus pour ne pas mourir de chaud. Ca gémissait sous l'effort, parfois la douleur, mais globalement, on ressentait une grande motivation émaner des garçons.
    - J'crois qu'on est bon les filles, on reprend d'taleur ! lança le même garçon qui avait parlé une demi-heure plus tôt.
    Sous un espèce de chapeau sale, il continuait d'agiter sa pioche avec énergie. C'était un grand garçon, mince, aux cheveux bruns, devant atteindre la vingtaine d'années tout au plus. Il serrait les dents mais n'en restait pas moins belle gueule. Il fallait croire que dans les champs, il pouvait y avoir des charmants jeunes hommes. Enfin, avec lui, tous se relâchèrent, comme dans une même chorégraphie. La pression retombait. Puis certains s'asseyaient sur cette terre de fumier, la respiration haletante. D'autres marchaient à allure modérée en direction des habitations, s'essuyant le front perlant de gouttes de sueur de leur avant bras.
    - T'as vraiment un don du ciel pour nous motiver à bosser dans du caca d'vache, Tenwan. lança l'un des garçons laboureurs en s'avançant vers son camarade en lui tapant dans l'épaule.
    - Faux, je leur dis juste des âneries de temps à autres, ils ont simplement conscience qu'après un travail éreintant, on a un repos mérité. Et puis on l'dit pas forcément, mais les filles, elles cherchent quoi ? Des hommes, des vrais, qui savent retourner la terre. Pas des loques.
    - Elles recherchent des riches gens pour la plupart.
    - Oh, ouais, ouais, personnellement je préfère être tel quel que de ressembler à un gars efféminé avec une perruque blanche. En plus ils se bouffent pour une histoire de métaux rares... Y a plus important dans la vie, tu trouves pas ?
    Pas de réponse. La répartie de Tenwan était telle qu'il était difficile de le contredire. Non pas qu'il avait raison, mais c'était parce qu'il parlait avec son cœur, voire ses tripes dans certains débats. Il semblait impossible à décontenancer. Moralement invincible. Un pauvre paysan aux yeux du monde mais qui, pour lui-même, toute sa richesse se trouvait dans dans son être. Il se sentait invincible au quotidien.
    ... Invincibilité qui semblait choir littéralement à la présence de cette jeune demoiselle aux longs cheveux blonds ondulant le long du corps. Elle avait un visage à ravir, souriante, dégageant une odeur d'églantine ou quelque chose comme ça. L'ami Tenwan n'y connaissait rien en fleurs, à vrai dire. C'était LA fille qui semblait résister aux avances du jeune homme. Lui qui avait sa cote auprès des femmes du village, il lui manquait ce petit quelque chose... Non, à vrai dire, il ne voulait pas ce semblant de popularité, il voulait seulement cette personne qui passait devant lui.
    - Eh, salut Cécilia...
    - Stop, je connais ton petit jeu. Jamais je ne figurerai sur ton tableau de chasse, pouilleuuuuux ! rétorqua-t-elle en riant presque, avec un air malicieux.

    Et elle s'en allait, riant, laissant Tenwan pantois, dans son odeur de fumier. Il haussa les épaules et tourna les talons en direction du foyer.

    C'était à peu près comme ça tous les jours. Parfois elle ne passait pas, parfois elle pressait le pas. Elle le menait en bateau.

    Tenwan a passé toute sa vie dans ce village, en compagnie de parents adoptifs qui l'ont chéri jusqu'au bout. Parfois, il lui arrivait de rendre visite à Aloak, un des rares qui vivait seul, quelque peu reclu et misanthrope au premier abord mais qui adorait compter aux enfants. Tenwan faisait partie de son public fidèle, toujours à l'écoute d'anecdotes et autres bons conseils susceptibles d'accomplir son être. Lorsqu'il parlait de Cécilia, cette jolie blonde qui lui faisait tourner la tête, Aloak restait cependant réservé et avare en terme de conseils et suggestions. L'on ne savait pas exactement pourquoi, mais peut-être que le jeune homme devait trouver ses propres subterfuges, agir naturellement, etc.

    Pour résumer, c'était une routine appréciable, au milieu d'un petit village dont le mode de gouvernance ressemblait fortement à de la sociocratie, indépendant, cultivant ses propres denrées, loin des soucis politiques et des divergences de classes.



(La suite à venir...)


Dernière édition par Chris le Dim 11 Nov - 13:07, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyroine
Conseiller déchu
avatar

Messages : 46

MessageSujet: Re: Chris Scale ~ L'écaille blanche   Ven 16 Mar - 20:12

Comme tu voudras mon cher, tu as toujours mon msn Wink ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vesperae.forumgratuit.org
Chris
L'Écaille Blanche
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Chris Scale ~ L'écaille blanche   Ven 16 Mar - 21:39

Salut Tyroine Wink

Non... Et le mien a changé depuis.

Je te l'envoie par M.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris
L'Écaille Blanche
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Chris Scale ~ L'écaille blanche   Sam 17 Mar - 18:10

L'histoire a été entamée. Ceci n'est que le début, je complèterai selon envie.

J'ai lu dans le règlement que les dimensions maximales autorisées pour les avatars étaient de 150x200. Le mien dépasse ces dimensions mais semble redimensionné à côté des messages que je poste.

Dois-je quand même me plier à la règle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarla

avatar

Messages : 20

MessageSujet: Re: Chris Scale ~ L'écaille blanche   Sam 17 Mar - 18:40

En effet j'ai introduit un code pour redimensionner les avatars (et les signatures d'ailleurs) afin d'harmoniser un peu les zones et donc faciliter la lecture.

Comme ton avatar n'est pas beaucoup plus grand donc pas beaucoup plus lourd pas la peine de redimensionner.

_________________
clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chris Scale ~ L'écaille blanche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chris Scale ~ L'écaille blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moi c'est Redfield (Chris)
» La cave de Chris Houlihan
» Le Secret de Chris [Fake]
» Problème écaille dragon feu+
» écaille dragon feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parchemins d'informations :: Fiches de personnages-
Sauter vers: